• Groupe de Liaison et d'Information Post Polio

Psychologie

La frustration

Il me paraît important de mettre en évidence que les problèmes, tant physiques que psychologiques, auxquels sont confrontés les polios ne sont pas limitées aux personnes qui font l’expérience du Syndrome Post-Polio, comme pourraient le laisser entendre les recherches en cours en ce qui concerne tout le monde car la vie ne manque pas de, tous, nous confronter à la frustration, à la perte, au manque, à l’échec…

C’est donc en référence avec son vécu antérieur, celui de la phase aiguë de la maladie, et les stratégies de défense adaptative élaborées durant son enfance et la trentaine d’années qui a suivi l’attaque initiale du virus – ce que j’appellerai son « bagage »-, que la personne post-polio va affronter les nouvelles difficultés qui s’offrent à elle, que ce soient celles de la post-polio ou de la vie elle-même.

Au travers des témoignages des polios, de nombreux auteurs relèvent aujourd’hui les fréquentes concordances et similitudes présentes dans l’expérience de la phase aiguë de la maladie ayant, semble-t-il, induit des comportements spécifiques, des façons d’être et de réagir repérables dans les questionnaires de personnalité. Ils restent toutefois prudents quant à conclure à des relations de cause à effet. Car l’établissement d’une corrélation entre deux faits ne signifie pas qu’il y ait nécessairement une relation de causalité, même si les discours les plus courants en font souvent l’amalgame. C’est une ornière qui guette tout exposé et je voudrais m’en défendre ici par avance, car la structure même du langage à notre disposition nous y engage à notre insu.

Il faut aussi souligner qu’il ne semble pas exister, dans la littérature de référence, d’étude empirique sur le fonctionnement et les caractéristiques psychologiques des anciens polios. Et le présent exposé se situe « après-coup », se basant sur des recherches qui vont de pair avec celles poursuivies sur l’impact psychologique du syndrome Post-Polio, centrées sur une population qui demande de l’aide. Ce sont des facteurs déterminants dans l’orientation des résultats auxquels nous pouvons prétendre.